Eichmann : 1961

Eichmann

Adolf Eichmann, haut fonctionnaire SS, dirigeait le bureau des affaires juives de l’Office central de sécurité du Reich, chargé de la déportation des juifs d’Europe  mais aussi de dizaines de milliers de Tsiganes vers les camps d’exterminations en 1943, ainsi que de la solution finale. Il s'enfuit d'Autriche et parvint en Argentine, où il vécut sous le nom de Ricardo Klement. En mai 1960, des agents du Mossad, le Service de renseignement israélien, s'emparèrent d'Eichmann en Argentine et le transportèrent à Jérusalem pour qu'il soit jugé par un tribunal israélien. Il est alors accusé d'avoir participé à ce mouvement de coopération nazie et d'avoir organisé les déportations vers Auschwitz.


              

Le procès a lieu en 1961 à Jérusalem et a pour but de faire prendre conscience du génocide commis contre les juifs d'Europe. Adolf Eichmann est ici présenté pour avoir commis un crime contre l'Humanité. C'est tout au long de son procès que celui-ci niera ses actes et revendiquera sa non culpabilité lors d'un discours qu'il prononcera : «  Je tiens à déclarer que je considère ce meurtre, l’extermination des Juifs, comme l’un des crimes majeurs de l’Humanité (...) mais à mon grand regret, étant lié par mon serment de loyauté, je devais dans mon secteur m’occuper de la question de l’organisation des transports. Je n’ai pas été relevé de ce serment... (...) Je ne me sens donc pas responsable en mon for intérieur.(...) J’étais adapté à ce travail de bureau dans le service, j'ai fait mon devoir, conformément aux ordres. Et on ne m’a jamais reproché d’avoir manqué à mon devoir. »

Il est alors condamné à mort et éxécuté par pendaison le 1er juin 1962 après que le Président de l'Etat Israélien ait refusé son recours en grâce.

Ce procès s'inscrit dans le but de transmettre la mémoire. Le procès Eichmann suscita l'intérêt de la communauté internationale, et révéla au monde entier l'ampleur des atrocités nazies. Le procès permit une plus grande ouverture en Israël ; de nombreux survivants de la Shoah se sentirent enfin capables de raconter leur histoire et leurs souffrances. C'est alors le déclic, les témoignages se font de plus en plus nombreux et les anciens déportés prennent conscience qu'il est donc primordial de s'occuper du sort que doivent subir les responsables de ce crime contre l'Humanité. Eichmann est le premier procès qui a déclenché le réveil de la mémoire juive de la Seconde Guerre mondiale.

 

A. Wierviorka - Nuremberg : quelle postérité ? Procès Eichmann, Barbie, Touvier, Papon...

1 vote. Moyenne 3.00 sur 5.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×