Programme scolaire

La pédagogie de la Shoah

Le silence de l'immédiat après guerre est attribué autant à la difficulté d'écouter qu'a celle de parler, ainsi qu'au désir politique d'oublier. Au niveau de l'éducation nationale, au fur et à mesure qu'on s'est éloigné de l'évènement, l'enseignement de la Shoah est devenu de plus en plus présent, comme une volonté de transmettre. L'étude de la Shoah s'est faite progressivement et a pris une démarche pédagogique.

La Seconde Guerre mondiale n'est inscrite qu'à partir de l'année 1962 dans les manuels scolaires. Contrairement à l'ancienne habitude d'étudier les périodes les plus récentes, il faut attendre presque plus de vingt ans avant d'enseigner le conflit. Seulement ce programme prescrit simplement l'étude de la guerre et de ses conséquences sans rentrer dans les détails. Plusieurs manuels restent encore quasiment muets sur ce sujet. Dans le chapitre consacré aux conséquences de la guerre, fait allusion en une seule phrase, sans autres précisions "aux groupes ethniques pourchassés par les nazis, juifs, gitans."

La problématique centrée autour de la collaboration et résistance est rapidement mise en place ainsi que l'explication de la "solution finale" et la guerre d'exterminiation menée par l'Allemagne, par les instructions de 1981. Il est du devoir de parler clairement des faits, et de préciser le vocabulaire utilisé (camps de concentrations, camps d'extermination, Génocide) et de décrire avec précision toutes les étapes qui ont menées a la solution finale. Cependant les enseignants n'avaient pas attendu les instructions de 1981, pour enseigner la Shoah. En effet, en Avril 1979, un colloque rassemble a Orléans, une cinquantaine d'enseignants de diverses disciplines, et mettent au point les "Thèses d'Orléans" qui exigent un "enseignement de l'histoire des crimes nazis". Les historiens eux mêmes s'attachent a diffuser des informations sur ce sujet aux enseignants de l'état. En 1989 est distribué une brochure de 60 pages que "le nazisme et le génocide, histoire et enjeux" écrite par François Bédarida, directeur de l'Institut d'Histoire du temps, a l'initiative des éditions Nathan, elles sont distribués au professeurs d'histoire et géographie. Aujourd'hui l'informations sur la Shoah est abaondante et accessible facilement, notamment par la multiplications des livres, colloques, films.. Les dernières générations de manuels, tant en troisième qu'en première, accordent désormais un place importante a la Shoah. On peut également voir que depuis les nouveaux programmes de 2002, les élèves de CM2 étudie "le XXème siècle et le monde actuel" ainsi , il peuvent déjà évoquer la seconde guerre mondiale. A ce niveau, l'objectif est de donner les premiers repères notamment chronologiques, mais aussi spatiaux, car la dimension du crime et de son organisation doit être évoqué. Les écoliers sont alors amenés a une première compréhension de la notion de crime contre l'humatnité. L'étude de la Shoah s'effectue en histoire, mais elle peut aussi prendre appui sur des oeuvres d'art :  sculptures, peintures, extraits de films. Ou sur des livres dans leur rôle de transmission.

 

Comment enseigner la Shoah ?

Enseigner la Shoah c'est transmettre une mémoire et un savoir historique pour faire acquérir progressivement aux élèves une connaisance précise de ce crime majeur. Mais cet enseignement comporte aussi une dimenion civique qui implique de donner des éléments de culture et de réflexion qui nous permettront demain, de refuser toute forme de racisme et de discrimination. Il s'agit d'une obligation pédagogique et mémorielle.

Les enseignants entre raisons et émotions.

L'enseignant doit faire un travail d'historien, inscrire l'évènement dans l'histoire, insister sur la rigeur chronologique et du vocabulaire. L'émotion sera présente forcément mais elle ne doit pas être le moteur de cet enseignement. De même que les cours sur ces thèmes ne doivent pas être des leçon de morale.

De nombreux enseignants craignent d'explorer l'histoire de la Shoah, parceque cela comporte des difficultés. Ils ne savent pas comment faire percevoir l'ampleur de la tragédie, l'énormité des chiffres et l'abîme dans lequel  l'humanité peut sombrer. De plus, ils se demandent comment toucher leur sensibilité sans pour autant les choquer. Il est alors important de créer dans la classe une atmosphère de confiance qui permettra d'aborder et de discuter avec toute franchise.



1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site