Accueil

Introduction

 

La mémoire de la Shoah est de plus en plus présente , ce qui n'a pas toujours été le cas, dans les sociétés européennes victime de ce drame. La mémoire est un phénomène social qui s'inscrit désormais dans les cadres sociaux : familles, associations, Etat. Elle a ses lieux de souvenirs: plaques, stèles, mémoriaux où généralement se déroulent des cérémonies commémoratives. Elle existe également dans les livres ou dans les films. C'est la façon dont  ces évènements sociopolitiques ont permis le reveil de la mémoire de la Shoah en France et leur rôle dans la reconnaissance des ses crimes par l'etat francais, essentiellement, que nous nous attacherons a décrire. Depuis 1945, l'histoire de la Shoah, du régime de Vichy et de la complicité de l'État français dans la mise en œuvre du génocide en France, constituent un enjeu politique. Ces évènements ont nourri des mémoires multiples, mémoires individuelles, mémoires collectives et mémoire officielle se sont opposées voir combattues. Dans ce contexte, les anciens deportés qui font face à l'incomprehension de leur famille et de leurs amis, éprouvent une grande difficulté à temoigner et partager leur souvenir :

   

"Vous voudriez savoir 
poser des questions 
et vous ne savez quelles questions 
et vous ne savez comment poser les questions 
alors vous demandez 
des choses simples 
la faim 
la peur 
la mort
et nous ne savons pas répondre 
nous ne savons pas répondre avec vos mots à vous

et nos mots à nous 
vous ne les comprenez pas 
alors vous demandez des choses plus simples 
dites-nous par exemple 
comment se passait une journée 
c'est si long une journée 
que vous n'auriez pas la patience 
et quand nous répondons 
vous ne savez pas comment passait une journée 
et vous croyez que nous ne savons pas répondre."

Charlotte Delbo, 
rescapée d'Auschwitz, 
Auschwitz et après III, 
Mesure de nos jours, 
Les Éditions de Minuit, 1971

 

Conclusion : page suivante

Conclusion

 

Ainsi, pour un pays qui était consideré jusque là comme la terre des droits de l'homme, la participation à la "solution finale" a consitué un véritable affront aux ideaux nationales et souille a jamais l'histoire de France. Face à la difficulté des réscapés du génocide à temoigner, la reconnaissance de ses fautes par l'Etat francais s'est faite par l'intermediaire de combats menés sur tous les fronts, aussi bien politique, publique et juridique qu'artistique. Aujourd'hui encore, l'accès aux d'archives, le dicours de certains hommes politiques mais surtout la façon dont la Shoah doit etre traitée dans les programmes scolaires continuent de poser problème, nous avons encore quelques difficultés à assumer cette épisode peu glorieux de notre histoire  qui constitue « les années noires » de l'occupation allemande.

 Répondre au sondage

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

TPE Sciences Economiques et Sociales / Histoire

Solène Gasnier

Jean-Baptiste Jézéquel

Juliette Million

Faustine Pappo

×